Retrait des implants mammaires sans remplacement

DansChirurgie du corps Le06.27.17

La décision de vouloir ou devoir retirer des implants mammaires peut découler de multiples facteurs possibles. De plus, cette intervention peut s’appliquer avec ou sans remplacement, selon le cas. Quel que soit le contexte, il est important de bien comprendre les paramètres entourant l’opération et les attentes postopératoires qui en découlent.
 

Craintes sur l’apparence suite au retrait

 
Dans les cas où nous faisons face à des implants mammaires rupturés, il est suggéré de les retirer, sauf si nous jugeons que la condition médicale de la patiente rende cette dernière inopérable. Nous pouvons alors décider d’enlever les prothèses et d’en remettre d’autres, ou simplement de les retirer sans remplacement.

 

Face à de telles situations, les patientes craignent plus souvent qu’autrement un changement négatif au niveau de l’aspect visuel des seins une fois les implants retirés. À cet effet, il est important de comprendre que chaque patiente est différente. Toutefois, d’ordre général, plus la patiente possède une grande quantité de graisse sous la peau (ou le sein naturel), et plus la prothèse que l’on doit retirer est petite, moins l’impact visuel du sein sera impacté une fois la chirurgie complétée. Par exemple, dans le cas où une patiente a pris du poids avec les années, cette dernière a probablement davantage de graisse dans le sein et ainsi, au moment de la décision face au retrait, se retrouvera avec un besoin d’implant moins grand que lorsqu’elle s’est fait opérer initialement. Alors que la plupart des patientes pensent qu’une fois les implants retirés leurs seins vont « tomber », la réalité nous démontre que malgré le fait que ces derniers risquent d’être possiblement moins galbés et remplis, ils ne deviendront pas nécessairement vraiment plus tombants qu’avant.

 

Enfin, en contexte de retrait des prothèses sans remplacement, il faut souvent attendre quelques mois avant d’avoir une bonne idée de ce que les seins auront l’air à long terme. Un peu comme le ventre d’une femme qui vient d’accoucher, la peau peut se replacer de façon impressionnante dans les mois qui suivent l’intervention. Après coup, si la patiente n’aime pas l’aspect de ses seins, il sera toujours possible de remettre des implants, procéder à un redrapage, ou les deux options, dans une autre chirurgie.

 

Nature des implants : un facteur d’influence

 
Pour les implants remplis de solution saline, le diagnostic est généralement facile; nous voyons l’un des implants (et le sein) qui se dégonfle. Si nous décidons de faire retirer les deux implants sans les remplacer, l’aspect général visuel du sein qui est « dégonflé » sera alors un bon indicateur de ce que les seins ressembleront une fois les deux implants retirés.

 
En ce qui a trait aux patientes avec des prothèses remplies de gel de silicone, le sein ne va pas se dégonfler si l’implant rupture. Il faut généralement un examen radiologique (comme une échographie) pour démontrer le bris. Le choix revient alors à la patiente de retirer seulement les implants (service assuré par la RAMQ) ou de les remplacer. Dans ce dernier cas, la RAMQ n’offrant aucune couverture, des frais sont donc à considérer.