Chirurgie mammaire: facteurs d’influence lors de l’examen anatomique d’évaluation

DansChirurgie du corps Le28.05.2018

Plusieurs raisons peuvent pousser une femme à se tourner vers la chirurgie mammaire. Que ce soit pour une réduction, une augmentation, un redrapage ou une reconstruction, plusieurs facteurs sont à évaluer et considérer avant l’intervention. L’examen anatomique d’évaluation, une des premières étapes du processus, sert justement à répondre à plusieurs de ces questions avec la patiente. Voici donc un bref aperçu de ce qui est déterminé lors de cette rencontre.

 

Un résultat proportionnel

 

Avant la chirurgie, la plupart des patientes nous demandent d’obtenir un résultat proportionnel avec le reste de leur physique. Cela semble évident, cependant l’intervalle de volume que l’on pourrait considérer comme  » proportionnel  » est variable d’une personne à l’autre; il faut alors prendre le temps de bien saisir les besoins et les attentes de chaque patiente.

 

Redrapage mammaire

 

Les facteurs qui peuvent mener à avoir besoin d’une telle intervention sont les suivants : la position du mamelon par rapport au sein et au plis infra-mammaire, ainsi que la quantité de peau de façon globale sur le sein, incluant celle qui contribue au repli. Généralement, s’il y a un repli important, c’est à dire beaucoup de peau qui se retrouve à aller plus bas que le sillon infra-mammaire, on va suggérer d’enlever cette peau.

 

Réduction mammaire

 

Avant une réduction, on doit évaluer les mêmes éléments que pour un redrapage en plus de préciser tous les détails qui se rattachent précisément au volume réduit que l’on recherche. Certaines voudront régler des problèmes de dos, de cou ou d’épaules qui creusent, tandis que d’autres auront comme objectif premier d’améliorer leurs proportions.

 

Beaucoup de personnes croient à tort que l’utilisation de prothèses améliorera la tenue du sein. On utilise les prothèses pour rendre les seins plus gros et plus galbés, mais c’est le redrapage qui fera en sorte que les seins tombent moins. Généralement, une personne qui veut des seins plus petits ne devrait pas utiliser de prothèses, c’est contreproductif, les seins seront obligatoirement plus gros. Il faut aussi être réaliste : une femme avec de gros seins naturels n’aura jamais le même look, même après un redrapage, qu’une femme mince avec des implants.

 

Augmentation mammaire

 

Pour celles qui désirent une augmentation, l’élément-clé qui détermine l’implant à utiliser est la largeur du sein. On cherche un implant qui couvre l’espace que le sein doit occuper sur le thorax. Par la suite, on peut choisir la projection de l’implant en fonction de la peau qu’on a à remplir et du volume que la patiente recherche. Évidemment, certains cas nécessitent des conditions particulières, mais ce concept s’applique pour la majorité des patientes que l’on voit en consultation pour une addition mammaire.